Célibat, mon amour

 Célibat, mon amour
Sagesse de Madame Coucou
: quand on est deux, ça va deux fois mieux

***

Ce qui est le plus difficile à avaler dans cet histoire de tromperie avec Isaac, c’est que la situation est tellement clichée que j’ai l’impression d’avoir fait une apparence dans un épisode d’une série télé mal scénarisée. Coucher avec sa copine du cégep, pendant un séjour chez ses parents… SÉRIEUSEMENT? Se faire jouer dans le dos, c’est insultant, certes. Mais se faire jouer dans le dos de manière aussi banale, c’est humiliant. Je ne sais pas, il me semble qu’il aurait pu faire un effort, rendre la chose un peu magique, aventureuse. Coucher avec la mère divorcée d’un de ses amis dans la toilette d’une taverne trop fréquentée, se laisser prendre au piège d’une jeune poulette qu’il a déjà garder quand il était ado, quelque chose de croustillant, au moins ?! Eh non. «J’étais saoûl, j’avais de la peine, elle était là, j’ai flanché». Comme quoi, les stéréotypes peuvent partager votre chambre à coucher.

Depuis son aveux de tromperie, nous ne nous sommes pas revus. Bien entendu, il m’a appelée quelques fois, mais je n’ai pas le coeur de répondre. J’ai tellement mal partout que si je lui parlais, je pense que le seul son de ma voix au téléphone réussirait à le scalper. Les Fêtes s’en viennent et il paraît que de passer Noël en prison, c’est pas ce qui est le plus chouette au monde. Donc j’attends. Et je retrouve mon état d’esprit post-rupture: celui de la fille qui trouve que tout se fait mieux à deux.

Honnêtement, la vie est agréable quand t’es seule et habituée de l’être. Tu développes ta petite routine et tu apprécies les moments que tu vis pour ce qu’ils sont. Le bonheur est facile, se retrouve dans tout, dans une gorgée de café comme dans la première marche sous la neige. Il est possible d’être franchement bien en tant que célibataire et célébrer la vie avec le sourire.

Jusqu’au moment où tu te laisses tenter par la vie à deux. Que tu y goûtes pour vrai. Et par «vie à deux», je ne veux pas nécessairement dire «habiter avec l’autre et partager le compte d’électricité». Ça, c’est une autre histoire.

Quand tu te laisses aller à toutes ces affaires d’amour et de papillons, tu réalises que ton café goûte meilleur quand l’autre est là, que la marche sous la neige est plus douce quand il est là, que d’inaugurer une nouvelles brosse à dent est plus excitant quand il est là. Tu te demandes comment tu pouvais vraiment avoir du fun avant – alors que t’en avais pleinement – alors que maintenant, les couleurs sont plus vives et autres phrases toutes faites sur le même sujet.La vie est juste plus belle à deux.

Puis, vient le moment où tu retombes en solo. Comme moi, là. Moi qui ne voulais justement pas me laisser aller pour ne pas revivre ça. L’univers se paie ma tête, c’est clair.

Maintenant, je me surprends à trouver que tout à moins de saveur.

Par exemple, faire le marché, le samedi avant-midi. Y a-t-il quelque chose de plus déprimant pour une célibataire que d’aller faire le marché entouré de tous ces couples heureux qui s’extasient devant la fraîcheur des poivrons et qui rêvent au repas qu’ils se mijoteront ce soir, entre deux frenchs et une coupe de vin?

Et soudainement, ils sont partout, les couples heureux. Dans mon café favori (qui est maintenant ordinaire puisqu’Isaac ne vient plus y lire pendant que j’y travaille), au cinéma, dans le métro, sur la rue, au shack à patates et sûrement caché sous mon lit. C’est une épidémie.

En attendant de retrouver mon groove de célibataire auto-suffisante, je m’accorde le droit d’être un stéréotype aussi, de swigner mon bas de pyjama dans mes chaussettes, de manger de la crème glacée et de regarder «The Notebook» jusqu’à ce que Ryan Gosling perde tout son sex-appeal.

Je vais aussi prendre ce temps pour réfléchir à ce que je devrai répondre aux matantes qui s’étaient un peu trop réjouies de me savoir en couple pour les Fêtes.

Célibat, comme on se retrouve…


Partagez cet article dans vos réseaux sociaux


Cet article a été publié dans Lily Badine. Ajouter aux Favoris le permalien |

Commentaires

4 Commentaires

  1. Une compatissante
    Le 28 novembre, 2013 à 17:30 | Permalien

    Ooooh , je suis désolée pour toi .. C’est sûr que c’est très dur , mais il faut pas laisser son humeur congeler à côté du pot de crème-glacée dans le congélateur ! Prend soin de toi , on te soutient même si on est loin , nous , toute la petite communauté qui te suit <3

    Amicalement ,
    Une fille qui compatis

  2. Travelgirl
    Le 28 novembre, 2013 à 20:50 | Permalien

    malheureusement, lorsque l’un des deux trompes l’autre, n’est souvent jamais prevue au calendrier, mais ce qui suis est inevitable, y a toujours des consequences a des actions pareilles, ont y peut rien on est humain

    (Honnêtement, la vie est agréable quand t’es seule et habituée de l’être. Tu développes ta petite routine et tu apprécies les moments que tu vis pour ce qu’ils sont. Le bonheur est facile, se retrouve dans tout, dans une gorgée de café comme dans la première marche sous la neige. Il est possible d’être franchement bien en tant que célibataire et célébrer la vie avec le sourire.) tout a fait d’accord et je me retrouve bien dans tout ca en ce moment…malgre ma routine je m’arrange pour avoir de la variete…

    il faut etre heureux avec soi-meme avant d’etre heureux a deux

    c’est certain qu’a deux c’est plus agreable et different, mais parfois vaut mieux etre seul que mal accompagne. de nos jours, plus difficile de trouver celle/celui avec qui nous fittons, celui/celle avec qui on a envie de se reveiller le matin et de partager la vie

    revenir en solo est pas un passage agreable, j’en conviens/ « plus vite on accepte la douleur plus vite on passeras a autre chose »

    en tant que celibataire…tu dois reprendre le gout a la vie en solo…qui a ses avantages
    et quand tu seras prete tu ouvriras ton coeur a nouveau

    fais confiance en la vie

  3. lid
    Le 30 novembre, 2013 à 00:13 | Permalien

    Bla, bla, bla… Ca va deux fois mieux quand t’es seul. Pas de stress, pas des nuages, pas de lait dans mon cafe. Pas des menaces de griffes sur ton coeur.

  4. stephane
    Le 30 novembre, 2013 à 19:08 | Permalien

    a l’epicerie c’est pas tous les couples qui semble heureux

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

*
*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>