Le printemps des amants*

 Le printemps des amants*Définition du printemps: saison qui, en zone tempérée, est caractérisée par la fonte des neiges, le bourgeonnement des arbres… et les montées de testostérone.

***

Qu’il est bon, le retour du printemps, non?

Un peu de soleil, un peu de chaleur, un peu de peau qui se dévoile, un peu plus de vie, d’énergie, de sourires… Les gens marchent dans les rues avec une sorte de calme et de sérénité étampés au visage. La morosité de l’hiver s’estompe, les jours gris s’espacent, le bonheur recommence à fleurir dans les cœurs et dans les corps.

Le printemps est aussi synonyme d’ouverture de terrasse, de disparition de chaussettes dans les chaussures… et inévitablement de corps qui se découvrent petit à petit, d’hormones qui remontent à la même vitesse que la sève et d’envies plus ou moins contrôlables d’assouvir ses pulsions.

C’est pas mal toujours au printemps que les grands disparus refont surface…

___

Chaque année, c’est la même histoire. Le printemps débarque avec ses pénates et amène avec lui, dans sa valise, la liste des gars perdus dans la brume dans les derniers mois. Je commence à croire qu’hommes et arbres mènent un combat commun. Au retour de la belle saison, la pression de la sève qui remonte est trop forte. Certains se font entaillés, d’autres cherchent à tout prix à évacuer leurs surplus.

C’est ainsi que, depuis que le soleil nous fait grâce de sa présence plus de quatre heures par jour, je reçois courriels et textos d’amants éplorés qui, même après avoir juré ne jamais vouloir me revoir quelques mois auparavant, sont prêts à sortir tambours, trompettes et bouteilles de vin de qualité pour faire un peu de jogging dans mes shorts et, ainsi, éviter une montée de sève douloureuse.

J’étais chez William, mardi soir après le boulot. J’avais pris soin de passer chez moi avant d’aller le rejoindre afin de lui préparer une petite surprise. Exit les vêtements de boulot, bonjour les dessous en dentelle noire, l’épilation fraîche et l’odeur de mangue. J’étais disposée à lui offrir une soirée digne de son corps.

Je l’attendais donc en petite tenue dans le salon, en lisant un roman passionnant et en sirotant une coupe de blanc fruité. J’avais le petit stress le fun qui dansait la claquette dans mon ventre, l’anticipation d’une baise de qualité, d’un orgasme puissant, mais surtout, de l’effet que j’aurais sur mon homme quand il entrerait chez lui. Une fillette, je vous dis!

Mon téléphone, bien rangé dans le fond de mon sac, m’envoyait des signaux me disant que quelqu’un tentait de me rejoindre. En effet, je recevais, depuis quelques minutes, des textos de Félix, mon amant d’automne, qui me proposait d’aller prendre un verre bientôt, au soleil…

« Félix? What the… », que je me suis dit.

J’avais du temps devant moi, j’ai décidé de jouer le jeu.

-          Tu as envie de me revoir?

-          Je pense beaucoup à toi, ces temps-ci…

-          Pourquoi ces temps-ci, en particulier?

-          Je ne sais pas, le temps s’adoucit, j’ai revu la couleur de ta peau dans ma tête, le soleil dans tes cheveux…

-          Ah. Ben oui…

-          Quoi?

-          T’as personne dans ta vie et t’as envie de baiser, right?

Silence radio. Lily 1, Félix 0.

J’entends William dans les escaliers et je range rapidement mon téléphone pour me replacer sur le sofa en position  chéri-je-t’attends. En ouvrant la porte, son regard se pose rapidement sur moi, sur mes seins mis en valeur et la dentelle qui ne révèle que ce dont j’ai besoin. Ni une, ni deux, ses vêtements disparaissent et il me prend dans le salon sans me demander mon avis. Mon homme est déchaîné, il est partout à la fois, comme s’il avait six mains et trois bouches.

Une baise de printemps, de sève en effervescence, de pulsions à l’odeur de tulipe. Une baise qui passera à l’histoire.

Malheureusement, vu nos horaires de fou, je ne peux passer la nuit avec William et rejoint mes quartiers tard en fin de soirée, le corps encore à bout de souffle de tout ce plaisir. Des flashs me viennent et me chatouillent le bas ventre pendant que je conduis.

Arrivée chez moi, je trouve dans l’escalier un homme au visage familier. Je n’arrive pas à retrouver son nom ni d’où je peux bien le connaître. Je sais que je le connais, son visage, cette démarche…

-          Salut beauté!

-          Euh, allo?

-          Tu te souviens de moi?

-          Honnêtement? Vaguement.

-          Été dernier, sortie du bar, venu te rejoindre en pleine nuit pour rocker ton univers…

-          Ah, le gars en couple?

-          Ouais, euh, entre autre.

-          Et t’es ici parce que…?

-          Ben…

-          T’es sérieux?

-          Je passais dans le coin et je me suis mis à penser à toi, à notre nuit, à ton corps…

-          …

-          Alors?

-          Bonne soirée.

Je suis entrée chez moi sans dire un mot de plus.

Hommes et arbres mènent définitivement un combat commun. C’est dommage qu’on ne puisse pas tous les entaillés pour en faire du sirop…

(* crédit Mara Tremblay)


Partagez cet article dans vos réseaux sociaux


Cet article a été publié dans Lily Badine. Ajouter aux Favoris le permalien |

Commentaires

14 Commentaires

  1. L'érabliere
    Le 18 avril, 2013 à 15:56 | Permalien

    Hommes et arbres mènent définitivement un combat commun. C’est dommage qu’on ne puisse pas tous les entaillés pour en faire du sirop…

    Mais voyons ma chere… Tout l’monde sait que ca prend une cruche pour recueillir la seve ;)

  2. Joanie
    Le 18 avril, 2013 à 17:39 | Permalien

    belle dame bien connue de tous ces Messieurs ….pas juste les hommes qui sont en chaleur au printemps ….ca prends des cruches qui marchent beaucoup pour gober la seve de ces Messieurs……

  3. Yann
    Le 18 avril, 2013 à 19:11 | Permalien

    ouin… une belle cruche en effet… sa doit etre une pas pire charrue cette lily… totalement garce

    • Sophi
      Le 19 avril, 2013 à 07:21 | Permalien

      En effet, ça se peut pas, une vraie saloppe!

      • Evelyne
        Le 19 avril, 2013 à 11:20 | Permalien

        Pourquoi lisez-vous son blog si son mode de vie suscite une réaction si vive et si négatif de votre part? N’avez-vous pas mieux à faire que d’agir en « haters » ?

      • Evelyne
        Le 19 avril, 2013 à 11:22 | Permalien

        Pourquoi lisez-vous ce blog si son mode de vie suscite une réaction si vive? N’avez-vous pas mieux à faire que d’agir en « haters »?

  4. Comme de raison
    Le 18 avril, 2013 à 22:23 | Permalien

    Un adage célèbre dit « cause toujours, tu m’intéresses»…
    Ici c’est plutôt« Baise toujours, tu m’intéresses»…

    La « charrue» convient très bien, même que c’est très poli…

  5. Paulo
    Le 19 avril, 2013 à 10:17 | Permalien

    Une maudite chance qu’elle n’a pas fait entrer le swinger qui l’attendait dans l’escalier.
    Nous aurions surement pu lire des commentaires la défénissant comme : charrue, cruche, garce, ou salope meme !!!

  6. Kat
    Le 19 avril, 2013 à 11:13 | Permalien

    Wow de beaux commentaires haineux. Tant qu’à écrire des bêtises comme ça, vous devriez vous abstenir d’écrire. Ça manque de classe.

  7. Le 19 avril, 2013 à 13:22 | Permalien

    commentaire tout a fait innapoprie 0n est bien en 2013 une femme a autent droit a sa sexsualite qun homme sens quon la traite de salope.

  8. l'Enfoiree
    Le 20 avril, 2013 à 20:22 | Permalien

    lily, depuis des semaines les gens revent que toi et William reveniez ensemble, au lieu d’etre content pour toi…ils te cris des betises…soient patiente ton ancienne reputation d’agace va te suivre un ptit bout jusqu’a temps que les gens realise que tu sois en relation serieuse avec William

    toi et William vous semblez bien fitter ensemble, laisse aller les choses

    bravo pour ta fidelite

  9. l'Enfoiree
    Le 20 avril, 2013 à 20:31 | Permalien

    des nouvelles de ma situation amoureuse…j’ai apprise quelque chose vers la fin de la semaine qui fait que je ne pourrais continuer la relation avec le gars que j’ai rencontre dernierement ..vraiment dommage car il me plaisait vraiment..mais impossible..et je ne peut vous en dire plus…j’avais vu un truc que je me demandais c’etait koi et la la reponse…c’est vraiment poche mais j’en ai deja fait mon deuil

    « Vous rencontrerez quelqu’un de bien. Un nouveau projet se retrouve sur le mode pause le temps que vous rectifiez justement ce qui l’empêche de prendre son envol. Vous ne manquerez ni de courage ni de détermination pour y arriver » je pense bien savoir de quel projet on parle…mais effectivement ce projet ne verras jamais le jour…je sais que ca depend de moi et que c’est moi qui a la cle pour la porte …mais je n’irais jamais vers cette personne, jamais…cette personne doit se rappeler le courriel qu’il ma si gentillement fait parvenir l’an passe et qui me disait de passe a autre chose…ben c’est deja fait…surtout avec le gars dernierement ..lui ye plus dans le decor mais loin de la…

    malgre ma situation je vais maintenir que je risque rarement d’etre ou de lire ce blog…je suis deja ailleurs

  10. Giorgio Linguini
    Le 21 avril, 2013 à 16:29 | Permalien

    :-O

  11. LID
    Le 24 avril, 2013 à 21:54 | Permalien

    Allez-vous fichez la paix a cette brave fille? Elle, au moins, est sincère. J’en ai tellement assez des hypocrites!!! Allez vous faire voir si vous n’aimez pas le sex! Et si vous me dites que le printemps ne vous fait rien, que vous ne sentez pas le sang bouillir dans vos veines, que le monde ne vous parresse d’un coup plus chaud et beau…vous mentez big time. :)

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

*
*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>