Écoute ton corps

 Écoute ton corpsLoi de  Marie Laforet modifiée : j’ai un corps qui sait quand il a raison.

***

Quand j’étais plus jeune, je me souviens avoir trouvé dans la bibliothèque personnelle d’une de mes tantes des guides de croissance personnelle ayant pour titre « Écoute ton corps ». Même si la page couverture était d’une couleur discutable, le message envoyé par le titre m’est demeuré en tête. Écoute. Ton. Corps.

C’est ce que j’aurais du faire, l’an dernier, à pareille date, plongée dans le fin fond du bout de la vie. (Ok, j’exagère. Mais presque pas.)

___

J’étais sortie quelques fois avec ce gars déjà. Un gentil qui voulait. Ça me faisait changement. Je n’ai pas encore fait de psychanalyse approfondie sur ce moment de ma vie, mais c’était la période où moins un gars ne voulait de moi, plus je m’accrochais. Comme si le rejet me turnais on.

Les filles ont de ces manies à s’accrocher à des piments…

Bref, lui, c’était l’antithèse du piment. Gentleman, avenant, présent. Il me trouvait belle, intéressante, surprenante.

Je pouvais régler des dossiers urgents au bureau par l’échange de quelques textos,  la sonnerie du téléphone et les conversations m’étaient presque devenues étrangères. Lui, il m’appelait, utilisait la ligne téléphonique combinée à sa voix pour communiquer. Du – presque – jamais vu. J’aurais eu tort de ne pas vouloir essayer, non?

À la fin du quatrième rendez-vous, il m’avait embrassée. Je n’avais pas eu les genoux mous au contact de sa bouche, mais je me souviens avoir trouvé ça assez agréable pour avoir envie de recommencer. C’est ce que je comptais faire, en acceptant son invitation à le suivre chez lui.

Il habitait à l’autre bout du monde de la ville, dans un racoin qui donne l’impression d’avoir reculé d’un millénaire. Le temps de passer le pas de sa porte, j’avais déjà eu envie huit fois de rebrousser chemin, trouvant l’option de la couverture en polar, des bas de laine et de la camomille plus excitante que de passer la nuit avec lui.  Ces huit fois-là, mon corps avait déjà commencé à me parler.

Finalement arrivés à destination, on a baigné dans le malaise de la première fois pendant quelques minutes avant de se mettre à la tâche. Sa ceinture était coincée, il n’arrivait pas à désagrafer mon soutien-gorge, j’avais encore mes bas… cette baise s’annonçait comme une belle catastrophe.

Mon corps parlait encore, d’ailleurs. J’ai mis mes mains sur mes oreilles pour ne pas l’entendre et j’ai continué. Je n’allais tout de même pas partir alors qu’il s’acharnait à vouloir retirer mon string avec ses dents. Il y a manqué de diplomatie et manqué de diplomatie.

Quand tous nos vêtements se sont retrouvés au sol et que nos peaux tentaient de s’aimer (pas dans le sens de l’amour qui donne des envies de lancer des petits cailloux sur une fenêtre au beau milieu de la nuit pour réveiller l’être aimé et lui réciter un sonnet un peu maladroit, mais plutôt dans le sens de celui qui a juste envie de faire la course à l’orgasme), mon corps parlait encore, et même un peu plus fort. Mes mains n’arrivaient plus à masquer complètement le bruit de sa voix. Le moment était, par contre, mal choisi pour faire « Ouain, s’cuse, j’pense que je vais y aller ». Rendue là, j’allais aller jusqu’au bout.

Pire. Baise. Du. Monde. Entier.

Ok. Je n’ai pas couché avec tout le monde dans le monde. Je n’ai aucunement besoin de le faire pour savoir qu’il est complètement et absolument certain qu’aucune autre baise n’a été aussi ennuyante, aussi beige, aussi silencieuse et aussi dépourvue de passion.

J’aurais préféré manger du pâté de similiviande en conserve carrée dans un appartement mal éclairé et pas trop, trop chauffé pendant un blizzard de 16 jours que de vivre ça.

Quand ç’a été terminé et qu’il ne se pouvait plus de dire que ça avait été génial, j’ai feins le sommeil qui me tombait dessus en ayant un peu pitié de lui. Si ce qui venait de se passer avait été bon pour lui, c’est qu’il ne connaissait pas encore la vie. Si, au contraire, il avait trouvé ça aussi médiocre que moi, nous étions alors deux à jouer faux.

Une heure plus tard, il dormait. Mon corps criait de tous ses pores qu’il ne pouvait plus rester là. C’était littéralement épidermique comme besoin de quitter son lit. Après l’avoir ignoré 56 fois, j’ai décidé d’écouter mon corps… et comme une voleuse, j’ai quitté sans dire un mot.

Rendu à la maison, 43$ de taxi plus tard, j’ai envoyé un texto. «J’arrivais pas à dormir. Désolée». La ligne téléphonique me semblait soudainement moins appropriée.


Partagez cet article dans vos réseaux sociaux


Cet article a été publié dans Lily Badine. Ajouter aux Favoris le permalien |

Commentaires

32 Commentaires

  1. Lyd
    Le 30 novembre, 2012 à 03:04 | Permalien

    Pauvre toi et pauvre gars! Mais, il faut dire que tout le monde devrait savoir ça: il faut écouter son corps. Mais, si par malheur on y arrive quand même dans ce mauvais moment il y a quand même une sortie: l’humour et la vérité.

  2. Dandan
    Le 30 novembre, 2012 à 03:07 | Permalien

    Oh gosh le nombre de fois que ca pu m’arriver ça! Dans mon cas la recherche du parfais compagnon de vie est un peu interminable que toi :P
    Et j’Espère que cet extrait ne parle pas de ton récent « parfait » qui semblait t’avoir fait quitter son fuckfriend !? :P

  3. Rustik
    Le 30 novembre, 2012 à 12:29 | Permalien

    Baiser, ça se fait à deux. Dis-toi que s’il a été nul pour toi, il y a de fortes chances qu’il pense la même chose de toi, et qu’il te trouve carrément nul au lit! Vous deviez être deux à simuler le génial d’après coïte.

  4. Travelgirl
    Le 1 décembre, 2012 à 20:08 | Permalien

    Lily

    une idee pour tes prochains textes..

    les hommes et leur age mentale de 5 ans, quand ils veulent ils peuvent agir comme des enfants..

    si tu me reponds pas avant moi je te reponds pas non plus…

    c’est enfantin clavaire

    • naturo
      Le 2 décembre, 2012 à 11:13 | Permalien

      … si vous trouvez des hommes d’age mental de 5 ans , je me questionne sur votre attitude pour les avoir dans votre (lit) vie !

      • Travelgirl
        Le 2 décembre, 2012 à 23:28 | Permalien

        si tu m’ecris ca est que tu n’a aucunement compris ce que j’ai ecris

    • Jean Jase
      Le 4 décembre, 2012 à 07:30 | Permalien

      Encore une fois, au lieu de prendre la peine d’expliquer… Non mais certaines de vous veulent vraiment qu’on devine tout. Je vois bien que vous êtes du genre qui ne peut pas comprendre que les hommes sont mentalement différents sur ce point-là; du genre qui n’a pas vieilli depuis son adolescence à fantasmer sur un chevalier servant qui viendrais vous délivrer de la morne vie dans la maison familiale, qui vous ensorcellerais au premier baiser jusqu’à la fin de vos jours. Bien sûr que vous ne pouvez ramasser que des déceptions, et à chacune d’elles votre frustration grandit. Si ce n’est pas la baise ,alors c’est parce qu’il ne vous permet de poser vos pieds froids sur son ventre ou qu’il ne vous donne pas des bijoux de grand prix. Réveillez-vous, vous n’aurez jamais tout ça parfait et sans avoir à le demander, à moins de marier une femme dotée d’un pénis. Vous avez le droit de désirer plus ou mieux, pas de demander que tous vos désirs soient devinés.

      • travelgirl
        Le 4 décembre, 2012 à 12:51 | Permalien

        Jean jase tu as tout faux sur moi
        toi non plus t’a pas saisi ce que j’ai ecris non plus tout comme Naturo

        mon commentaaire est qu’une suggestion de futur texte pour Lily
        et ce commentaire s’adressais a une personne qui est sur ce blog et qui seras reconnaitre

        il connais mon speudo du blog de Judith et que l’on se communique en prive

        pour mon autre commentaire, il est relié a une personne du passé d’ou c’est finit depuis longtemps

  5. Travelgirl
    Le 1 décembre, 2012 à 20:30 | Permalien

    j’en ai connu un de meme…on s’est pas rendu loin…mauvais timing et le bordel total

    c’est le seul a qui j’avais de l’attention…j’en etait folle de lui mais pas a peu pres..une belle dinde moi

    Bref, lui, c’était l’antithèse du piment. Gentleman, avenant, présent. Il me trouvait belle, intéressante, surprenante. ca aussi

    ouen des coups de telephone anonyme ouen j’en ai eu..des tats.,,mais il se fesait toujours passe pour un autre..donc j’ai decider de lui accrocher au nez..tant et aussi longtemps qui se ferais passer pour un autre..genre vendeur..client

    donc decider de mettre sur croix sur ca…pis la il continuais

    en tk..moi je preferais faire n’importe koi d’autres que d’embarquer dans ce tourbillon infinissable

    tout sauf etre avec lui…j’en avais meme pitie…

    y avais l’air de trouver ca genial ce tourbillon mais moi je le trouvais point drole du tout

    j’ai vecu l’enfer…

    donc j’ai faite semblant pendant longtemps de jouer le jeu et de pretendre que je dormais ben dure mais en realite je sais tout

    alors comme monsieur jouait a cache cache ben j’ai continuer de l’ignorer, de l’ignorer et encore de l’ignorer

    en absence de certaines informations, je lui ai envoye un texto.lui disant que je passais a autre chose..et un paquet de betises…a ce moment la il le miritait

    mais quand on dit les 4 verites a quelqu’un…on ce sent mal apresremords s’en suit

    je le recommande pas

    alors Lily moi aussi j’aurais du ecouter mon corps dans le passe et j’aurais jamais du le laisser entre dans ma vie..tout un cauchemar et bel gachi ca ete

    une chance que je suis reveillee maintenant et que mes lanternes sont ouvertes

    • Paul
      Le 4 décembre, 2012 à 00:18 | Permalien

      Au lieu de vouloir donner des leçons de baise tu ferais mieux d’apprendre
      à écrire,et à mieux parler…!

      • travelgirl
        Le 4 décembre, 2012 à 12:53 | Permalien

        je sais pas de ou je donne des lecons de baise..decidemment tu as mal lu

  6. Bruno
    Le 3 décembre, 2012 à 19:35 | Permalien

    Bonjour tout le monde . Je pense que vous êtes dans l’erreur lorsque vous parler d’écouter votre corps. Vous mélanger corps et esprit je pense . Lorsque l’on dit écoute ton corps ça veut dire tu as mal a quelque part il est peut être temps d’y aller ,molo . si tu es fatigué et bien repose toi . mais si tu n’as pas envie de baiser comme vous dites ( et avec raison car faire l’amour et baiser n’est pas pareil je sais de quoi je parle je croirais plutôt que c’est ton esprit qui parle et non ton corps. ton corps peut cependant mal réagir apres et t’empêcher d’atteindre l’orgasme . Ne crpiyez vous pas ?

  7. Pano
    Le 3 décembre, 2012 à 20:57 | Permalien

    Ton article est tellement plate mais je l’ai lu pareil. Je ne comprends pas.

  8. mylene
    Le 3 décembre, 2012 à 21:52 | Permalien

    pkoi tu pense que je suis rendue lesbiennes et je peux te dire que g jamais des realtions aussi pasionnates ma chere
    fait un choix mais fait le bon

  9. Bruno
    Le 3 décembre, 2012 à 23:33 | Permalien

    Quoi Mylene. être lesbienne , est ce que c’est une maladie . Je pensais que tu venais au monde comme ça  » Arrête de te raconté des mentries. Si c’était le cas a voir la conduite de certaine femme avec qui j’ai travaillé je serais hommo . Mais ce n’est pas encore le cas . Donc . tu l;’étais et tu ne voulais pas te l’avouer.

    • Mylène
      Le 5 décembre, 2012 à 01:22 | Permalien

      ta raison ce une allergies au gars

  10. Le macho
    Le 4 décembre, 2012 à 00:36 | Permalien

    Ceci est une preuve de plus. Vous aurez beau dire ce que vous voudrez, dans le fond, vous les femmes, vous aimez les salots et les ordures. Moins on vous respecte, plus vous nous trouvez attirant.

    Dans le fond, qu’est-ce que ça donne d’être attentionné? On se fait toujours sacrer là pour une ordure

    • travelgirl
      Le 4 décembre, 2012 à 12:56 | Permalien

      ne nous met pas tous dans le meme panier. oui il y a des femmes qu’ils le font mais pas tous

      je pourrais aussi dire que pour avoir un mec de nos jours, on doit etre bitch car si ont est une bonne fille..on n’en trouve pas non plus

    • Mylène
      Le 5 décembre, 2012 à 23:54 | Permalien

      tiens toé le macho travel girl jt,adore

  11. solide
    Le 4 décembre, 2012 à 01:19 | Permalien

    C’est fou à quel point les femmes peuvent être superficielles… probablement que si t’avais pas eu une attitude autant hautaine par rapport son logement à l’autre bout de la ville qui te donnait l’impression de reculer d’un millénaire, tu aurais eu de meilleures chances d’avoir une bonne baise! J’dis ça d’même… Desfois prendre ça en riant, ne pas avoir trop d’attentes, ça permet d’avoir une meilleur complicité!

  12. Jean Jase
    Le 4 décembre, 2012 à 07:13 | Permalien

    J’aurais préféré manger du pâté de similiviande en conserve carrée dans un appartement mal éclairé et pas trop, trop chauffé pendant un blizzard de 16 jours que de vivre ça. Avec une exagération comme celle-là, vous faites preuve d’une sacrée mauvaise volonté. Vous n’avez probablement jamais vécu ça. Et vous faites aussi preuve de manque d’honnêteté: incapable de lui dire directement que vous ne voulez plus coucher avec lui, et devoir par conséquent subir d’autres essais de séduction de sa part. Comme ça vous pourrez vous permettre de le haïr un peu plus parce qu’il ne comprend pas tout seul. Le pire c’est que beaucoup de femmes en veulent à mort aux gars qui partent sans un mot. Votre corps a peut-être raison mais votre raison semble incapable d’assumer ses torts.

  13. travelgirl
    Le 4 décembre, 2012 à 12:58 | Permalien

    pas si facile de dire a quel

  14. travelgirl
    Le 4 décembre, 2012 à 13:00 | Permalien

    pas si facile de dire a quelqu’un qui nous interesse pas, encore moins de dire ben j’ai plus envie de baiser avec toi

    des fois le non verbal parle de lui-même, si on ignore une personne, c’est juste que l’on a rien a foutre de celle-ci…l’autre devrais comprendre par lui-même

    • Mylène
      Le 5 décembre, 2012 à 01:13 | Permalien

      ti vois c impossible pour euyx te comprendre il faut regarder ou est leur cerveau mois j en connais qui comprendre avec le cerveau entre les 2 jambes ca pense pas ca erectionnne

      • travelgirl
        Le 5 décembre, 2012 à 12:59 | Permalien

        lol

      • Wayne Lagarnotte Jr.
        Le 5 décembre, 2012 à 15:06 | Permalien

        Ca prend une érection pour vous faire chanter du Karaoké dans l’parking
        d’un 5@7
        Arretez de chialer et trouvez vous un micro les frues ;)

        • Mylène
          Le 5 décembre, 2012 à 23:52 | Permalien

          ta bien raison ton nom lagarnotte exprime bien le genre de micro que tu a un tite tite tite garnotte

          • Wayne Lagarnotte Jr.
            Le 6 décembre, 2012 à 15:42 | Permalien

            si t’avais eu le plaisir de voir et sentir ma garnotte, tu ne serais
            surement pas lesbienne ;)

        • travelgirl
          Le 6 décembre, 2012 à 12:48 | Permalien

          moi je suis loin dètre fru

          Mylene t’es en feu

          • Mylene
            Le 6 décembre, 2012 à 21:18 | Permalien

            yes rencontre moi tu va le voir comment je suis en feu

        • Mylene
          Le 6 décembre, 2012 à 21:16 | Permalien

          Tite tite tite garnotte
          je serais encore entrain de la chercher que meme colombo serais pas capable de trouver

  15. gossespleines.com
    Le 5 décembre, 2012 à 19:30 | Permalien

    Dans les 5@7 sérieux ????….MERCI VIEUX :P

Un trackback

  • Par Une autre trouvaille. | Pas près d'être casée le 30 novembre, 2012 à 08:47

    [...] À lire ici. Partager:TwitterFacebookWordPress:J'aimeSoyez le premier à aimer ceci. Posté dans J'suis pas toute seule, Mémorable, Philosophie d'esseulée, Plan Q [...]

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

*
*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>